Le blog de Stéphanie ...

Celestrail 27 juin 83km 5000m

Pour ma prépa pour le Tor, j'ai voulu essayer d'enchaîner deux ultras à une semaine d'intervalle. Certainement une bonne prépa mais ce fut difficile ! Je n'avais pas totalement récupéré, il faisait très chaud, et à partir de la mi-course, j'ai eu très mal au tibia gauche, ce qui me faisait mal à chaque pas. J'ai tout de même continué, mais ce fut long. 10h à souffrir. Mais j'ai fini, en 20h50. J'ai fait toute la course avec ma copine Domi, que je remercie beaucoup de m'avoir soutenue et supportée tout au long de la course ! Je garde tout de même un très bon souvenir de cette course, de beaux moments de partage, des paysages magnifiques et une orga au top.

 

Après Aurillac, me voici donc en Andorre. Au programme 4 courses monstrueuses avec des ratios dénivelé / km impressionnants. J'ai choisi le Celestrail, qui présente le ratio le plus raisonnable ! Et une distance qui me suffira. 83km et 5000m de D+.

4 courses qui parcourent tout Andorre sans trop se recouper. Ce qui permet de revenir l'an prochain sans repasser aux mêmes endroits !

 

Arrivée à Ordino, je suis impressionnée par l'organisation. Remise des dossards impeccable, de beaux cadeaux d'accueil, briefing de qualité. Et par la suite, feu d'artifice au départ, des ravitos copieux et variés, de nombreux points de contrôle permettant de savoir les km restants, le bip des dossards juste avec un smartphone ... Un spa à l'arrivée (piscine, jaccuzzi, sauna, hammam), des kinés, des podologues. Et en plus des paysages grandioses. Bref, si je ne devais ne faire qu'une course dans l'année ce serait une des course d'Andorre.

 

C'est bien beau tout ça mais il va quand même falloir avaler les 83km !

Départ à minuit, avec feu d'artifice et concert de percussions. Départ sur du plat pour étirer le peloton. On part doucement avec Domi. On a décidé de faire la course ensemble. La pauvre, elle va me tracter pendant toute la course ! Je suis partie habillée en long, j'ai vite chaud et je suis obligée de me découvrir. Petite pause et c'est reparti. Puis on attaque la 1ère montée, qui se monte bien. Certains ont pourtant l'air déjà bien entamés. On arrive ainsi tranquillement au 1er ravitaillement.

 

1-Pla de l'Estany km15 - 3h16

Beaucoup de monde, c'est un peu la cohue. Je mange et emporte de quoi tenir jusqu'au ravitaillement suivant. Je me rhabille, il commence à faire frais en altitude. Descente un brin caillouteuse, et je maudis mes Hoka ! Je teste une paire de Mafate, mais la semelle haute fait que courir sur des cailloux est difficile et instable. Je bascule sans cesse, ce qui me blesse les malléoles. Un calvaire. Au moins j'aurais testé ! Je descends donc comme je peux, puis longue montée jusqu'à la crête, avec une halte au ravito.

 

2-Refuge Comapedrosa km20 - 4h53

Cette fois le ravito est dans un refuge, c'est plus sympa que la petite tente précédente. Petite pause et nous repartons sur la crête. Le jour se lève, c'est magnifique. Nous restons un peu sur les crêtes avant d'attaquer une longue descente, roulante, suivie d'une petite remontée bien raide sur des pistes de ski, tout droit dans la pente, avant d'arriver au ravitaillement.

 

3- Refuge Bottela km30 - 7h10

Là nous sommes avec les derniers coureurs de la Mitic. Le soleil est bien levé, et nous allons commencer à avoir chaud. Je protège mes malléoles avec des compeed, m'habille en court et on repart. Le troupeau s'est étiré et nous sommes un peu seules. Nous ne doublons que des Mitic, j'ai peur que nous nous soyons trompés de chemin. Puis nous arrivons à la séparation des deux parcours, ouf nous ne sommes pas perdues. Beau petit chemin vallonné en sous bois, courable. Puis longue descente jusqu'à la base vie. Il commence à faire très chaud, et nous commençons à fatiguer.

 

4- Escaldes km45 - 9h38 / 10h15

Ah, la base vie. Je vais pouvoir changer de chaussures ! Je sens une légère douleur sur le devant du tibia, je prends un anti-inflammatoire. J'ai déjà eu ce type de douleur, j'espère que ça ne va pas s'aggraver. La base vie est top, dans un gymnase, avec même des douches. On récupère nos sacs coureurs avec nos affaires propres, on refait le plein d'eau et de vivres, on se change, et on repart après 1/2h d'arrêt. Avec mes nouvelles chaussures, je n'ai plus mal aux malléoles. Mais le tibia me fait mal. J'espère que le médoc va vite faire effet. On repart pour une longue montée jusqu'au col Jovell. Il fait très chaud, c'est très dur. Je suis très fatiguée, je n'avance plus, Domi doit m'attendre tous les 100m. J'ai honte ! Heureusement on est un peu à l'ombre pour monter. Et enfin le sommet. Petite pause sur un banc avant de redescendre. Mon tibia me fait très mal, je ne peux plus courir. J'ai même du mal à marcher. Et il nous reste une dizaine d'heures de course ... On se pose au bord du chemin, Domi avec sa pharmacie me donne un autre cachet et m'applique de la menthe poivrée. J'espère que ce sera efficace. Puis partie "totally flat" comme a dit le speaker. Un large chemin de promenade bien agréable. Mais pas si flat que ça ! Et puis finalement qui dit plat dit courir, et là c'est très dur ! Le ravito se fait attendre, on quitte ce beau chemin, montée, descente, re- le chemin et enfin le ravito.

 

5-Pardines km56 - 12h53

La chaleur est accablante, il est très difficile d'avancer. Mon tibia me fait atrocement souffrir, je ne sais pas si je vais pouvoir finir. On s'asperge d'eau et on repart. Ce sera une des parties les plus éprouvantes. 12km que j'avais estimés en 3h. J'en ai marre, j'ai chaud, j'ai mal, je n'avance pas. On se pose au bout d'1/2h, re-médoc mais ça n'y fait rien, je souffre toujours autant. On fait tant bien que mal les 4 premiers km de ce tronçon en 1h. Finalement on est dans mes prévisions de 4km/h. Mais que faire, est-ce que je continue ? Est-ce que je continue au risque d'accentuer ma douleur et de me blesser réellement ? Mais avec la satisfaction de terminer ? Ou est-ce que j'arrête pour me préserver ? Il reste 23km dont 14 de montée. J'ai surtout mal en descente alors peut-être dois-je tenter de continuer. Je devrais réussir à monter, et une fois au sommet je prendrai le temps qu'il faudra pour la descente. Bon, allez, je continue. Je dis à Domi de partir, je vais trop lentement, je culpabilise de la ralentir. Mais elle préfère rester avec moi. On croise un lavoir, on trempe les jambes dedans. L'eau est glacée, ça fait du bien. Mais j'ai toujours autant mal ! J'attends que le temps passe et on arrive enfin au ravito suivant.

 

6-Armiana km68 - 16h45

Bon ben maintenant que je suis là, je monte au col et c'est gagné. Je souffrirai à la descente mais je finirai. On se repose un peu et on repart, toujours sous un soleil de plomb. 6km de montée. Domi part devant et m'attend au sommet.  Tout le monde peine, c'est rassurant, je ne suis pas la seule ! La montée est raide, je fait régulièrement des pauses. Et enfin le sommet et le dernier ravito.

 

7-Coll Arenes km74 - 18h30

Yessssssss on est en haut. Plus que 9km de descente. La pente est raide, et j'ai trop mal pour courir. Je descends donc comme je peux. Passage en sous-bois, petite remontée et descente infernale quasi verticale ! Domi m'attend en bas. La descente est interminable, on voit le village tout en bas, très en bas. C'est démoralisant. Je prends mon mal en patience et j'arrive enfin en bas. 1km de bitume et c'est l'arrivée. Pierre, Henri, Brunilde et Gaël sont là pour nous accueillir. Ouf, j'en peux plus. Je suis épuisée, à bout. Tant de souffrance, mais quel bonheur de franchir la ligne avec Domi. On a réussi, ensemble.

 

celestrail2.jpg

 

Je rentre dormir, et le lendemain matin je vais profiter du jacuzzi bien mérité ! 

Mais verdict de ma douleur, une periostite ...

 

Résultats:

- 20h50 soit 4km/h ou 6,4 en incluant le dénivelé

- 13ème féminine sur 21 arrivantes

- 178ème sur 345 partants et 221 arrivants



30/06/2015
1 Poster un commentaire